MSVD-TOGO Monde Solidaire pour le Volontariat et le Developpement
Guide des volontaires

 Démarches de voyage

 Venir au Togo

Depuis la France, la  Belgique, le  Suisse,  le Canada, l’Espagne, l’Italie  il existe des vols directs et  indirects  Paris CDG, Bruxelles………,  bref depuis la   capitale vers  Lomé  avec des  compagnies   aériennes comme Air France, Brussels Airlines, Royal  Air Maroc, Air Burkina……. . Les prix peuvent varier de  650 à 1 200 € A/R  selon la saison. Il existe des tarifs avantageux pour les moins de 24 ans. Le temps de vol entre Paris par exemple  et Lomé oscille  entre 5 et 8 heures. Pour votre billet d'avion  Nous vous conseillons vivement  AIR FRANCE pour sa fiabilité, son assurance rapatriement, son assurance bagage, et aussi et surtout pour son vol direct Roissy Charles de Gaulle - Lomé, en 6h à peu près. On peut  tenter de réduire les prix en choisissant d’autres  compagnies comme :   Royal  Air Maroc, Air Burkina / resa@airburkina.bf (billet pas cher), Brussels Airlines ou Africa  Airways et en fonction des périodes de l'année il est possible d'avoir des billets moins chers. Cependant Vous aurez une escale à faire si ce n'est deux (généralement à Casablanca, puis dans une autre capitale de l’Afrique de l’ouest). Le meilleur moyen pour réserver son billet  est  internet, soit  directement sur les  sites des compagnies ou sur des sites de réservation en ligne. Veuillez vous assurez d’avoir toutes les informations nécessaires  concernant votre billet d’avion (Date de départ, heure d’enregistrement des bagages, heure d’embarquement, etc..) pour ne pas rater votre vol  car généralement le billet par internet  est un billet non modifiable.

Engagement du volontaire

A  chaque camp chantier correspond des frais de participation adaptés. Les billets d’avion aller et retour, vaccination, visa sont entièrement à la charge des volontaires .Chaque participant organise son voyage (Billet d’avion, Visa, Vaccination, frais de participation, frais  de  participation aux  excursions, consommation  personnelle sur place, achat de souvenirs de voyage, etc..). Nous sommes disposés à vous suivre dans vos démarches administratives et autres en vous donnant des conseils, directives et renseignements utiles. La lettre d’invitation + l’attestation d’hébergement  vous permettront d’obtenir en toute quiétude votre VISA auprès de l’ambassade ou le consulat du Togo dans votre pays de provenance ou  même si  possible  à Lomé  à  votre  arrivée en Afrique. Certaines informations vous seront aussi envoyées par la même occasion pour vous permettre de bien préparer votre voyage ou le chantier proprement dit, ou  votre  stage.

  Se faire financer son projet de voyage pour stage ou  pour  camp  chantier :

C’est  possible  d’organiser  à  des  mois  à  l’avance des  collectes  de  fond  pour financer  votre  voyage(Billet  d’avion si  possible, frais de  participation…) votre  mission  humanitaire choisie(achat des matériels  de  travail).

C’est  donc  possible  d’  organiser  des  évènements(journée culturelle, d’échange,  de  formation sur comment  partir  pour  une  mission humanitaire  en Afrique, à quoi elle  ressemble, soirée  africaine…)  comme  des  expositions  photos de  missions humanitaires de  MSVD.  Nous  pouvons  vous  envoyer  des  photos, des  images,  un  drapeau  du pays africain qui  vous  accueillera. Le volontaire depuis  chez  lui peut  organiser    des ateliers, rencontres  entre  étudiants,  amis,  scouts,  famille,  avec  des responsables  d’associations  présentes  dans  son   pays, des  entreprises,  avec l’  implication de  la  mairie si  possible.  Des  échanges  peuvent  être  fait  aussi  sur  la  constitution  d’un groupe  depuis  chez  vous,  une  formation et  encadrement   de  MSVD sera  possible  par  internet  depuis  le  siège  social  à Lomé ou  par  l’intermédiaire de  l’un de  nos  représentants dans  votre  pays. Nous  orientons   et informons  régulièrement  le  chef du  groupe, ainsi  que les  2 chargés  de communication  que  le  groupe  aura  à élire.    Nous  pouvons   vous  demander  d’ouvrir une  liste   vous  permettant  de   vous  inscrire très  vite dans  un  premier temps depuis votre  pays  d’origine.

Toutes  ces  activités citées  haut  peuvent  vous  permettre  de récolter des  fonds, des dons  et de pouvoir  financer  votre  voyage vers  l’Afrique. L’association  MSVD  se  tient  disponible pour  vous  aider  dans  l’élaboration d’un  projet quelconque  de  votre  choix,  que  vous  pouvez  faire  en tant que   volontaire  ou  stagiaire ou touriste. Un projet  qui  répond  à vos  attentes et  formation  professionnelle. Vous  avez   la  possibilité  dans  ce  cas  de  partir  en  groupe d’étudiants, scouts ou  en  famille  ou  en  couple.

De  nombreux  organismes publics, collectivités proposent des bourses de mobilité à l’étranger pour    projets d’action jeunesse. Renseignez vous directement auprès de votre mairie, maison de jeunesse ou  collectivités. Généralement les demandes et les projets de solidarité se font et sont souvent acceptés  lorsqu’’ils sont proposés par un groupe de jeunes voulant partir dans un pays du Sud.

Venir  au Togo,  Burkina-Faso,  Ghana,  Niger, Bénin

Depuis  les  pays  comme  la France, la  Belgique, le  Suisse,  le Canada, l’Espagne, l’Italie…. et  leur  capitale   il existe des vols directs et  indirects   vers  Lomé,  Ouagadougou, Accra, Niamey, Cotonou   avec des  compagnies   aériennes comme Air France, Brussels Airlines, Royal  Air Maroc, Air Burkina……. . Les prix peuvent varier de  650 à 1 200 € A/R  selon la saison. Il existe des tarifs avantageux pour les moins de 24 ans.  L’organisation  du  voyage  commence  avec  un  choix  de  mission  ou  d’une  proposition d’un  projet  que le  volontaire  souhaite  réaliser  avec  nous,  ensuite l’inscription sur  le site  web de  MSVD en suit. L’association  MSVD   vous  fournira  toutes  les  informations et  renseignements  possible  avant  le  départ. Ainsi  vous  pouvez  vous  renseigner sur  les  sites  des  compagnies  aériennes  sur  les  prix et  l’achat. Dès  l’achat  de  votre   billet  d’avion  vers  une  destination en  Afrique,   nous   vous  en  verrons  une  lettre  d’invitation +une  attestation d’hébergement  adressées  à  Mr  l’Ambassadeur  du  Togo, ou du  Burkina  ou  du Ghana, ou  du  Bénin  ou  du  Niger  de  votre pays. Ce  qui vous  permettra  d’avoir  votre  Visa  pour  le voyage.

Démarches administratives :

Passeport :

Pour rentrer au Togo, on exige de posséder un passeport. Veuillez à ce qu’’il soit valable  jusqu’ à 6 mois après la date de votre retour et qu’’il y ait au moins encore  4 pages vierges pour le VISA. Si vous n’avez pas de passeport, c’est à la mairie de votre commune qu’’il faut  s’adresser,  les délais  de délivrance sont au moins  de  3 semaines. Les pièces à  fournir  sont : un justificatif de domicile (facture de téléphone portable ou d’électricité, ou attestation sur l’honneur d’une personne qui vous héberge à titre  gracieux avec une facture et la photo de sa carte  d’identité), un acte d’extrait de naissance (disponible en mairie), 4 photos d’identité aux normes officielles, un timbre fiscal de 88 € (disponible chez les buralistes).

 VISA :

Il  s’obtient avec le consulat du Togo en France. La demande débute forcement par Internet sur le site officiel de ce dernier. Il faut d’abord procéder à un enregistrement pour obtenir un mot de  passe et un identifiant. Ne faite pas de demande si vous n’avez pas encore votre passeport. Une fois que vous avez procédé à l’enregistrement, vous pourrez imprimer un formulaire de demande  de VISA. Ensuite il faut envoyer un courrier à l’adresse : 8 rue Alfred Roll 75 017 PARIS ou à l’adresse de l’ambassade du Togo dans votre pays de résidence. Tél :0143801213.

*POUR  LE  TOGO :

?         Adresses des ambassades  Ambassade du Togo en France :

8 Rue ALFRED-ROU, 75017 Paris

Tél (0033) 0143801213

?         Ambassade du Togo au Canada

12, Chemin Range, OTTOWAK 1N  813

Tél ; (001) 2385916

?         Ambassade du Togo en Belgique :

Avenue de Tervuren, 261 Bruxelles 1150

Tél : (0032) 7701791

?         Consulat du Togo en Suisse

11 lis, rue Rodolphe – Tœpffer, 1206 Genève Tél (0041) 3465260

 

*POUR LE  GHANA :

 

 Ambassade du  Ghana en  France :

8 Villa  Said  Paris France

local: (01) 45.00.09.50
international: +33.1.45.00.09.50

 

Consulat  du  Ghana au  Canada :

Consulat  du Ghana  à  Ottawa 

No. l Clemow Avenue, The Glebe  Ottawa, ON K1S 2A9 Canada

Tél : local: (613) 236.0871
international: +1.613.236.0871

Fax : local: (613) 236.0874
international: +1.613.236.0874

 

Cosnulat  du  Ghana en Belgique :

Ambassade du  consulat à  Bruxelles 

7, General Wahisin laan
B - 1030 Bruxelles
Belgique

local: (02) 705.8220
international: +32.2.705.8220

 

Cosnulat  du  Ghana en Suisse :

Ambasade de  Ghana  à  Berne 

Adresse : 11 Belpstrasse 3000  Berne Suisse

Adresse  postale : PO Box 3007

Tél : local: (031) 381.7852
international: +41.31.381.7852

Fax : local: (031) 381.4941
international: +41.31.381.4941

 

*POUR LE  BURKINA-FASO:

Consulat  et  ambassade  du  Burkina –Faso en France :

159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris 08, France
+33 1 43 59 90 63

www.ambaburkina-fr.org

 

Consulat  et  ambassade  du  Burkina –Faso en Belgique:,

16,  place Guy d’Arezzo 1180 Bruxelles Belgique

Téléphone: (0032) 2 345 99 12
Fax: (0032) 2 345 06 12

http://www.ambassadeduburkina.be

 

 

      Consulat  et  ambassade  du  Burkina –Faso au  Canada:

 

Address: 48 Range Road Ottawa, Ontario, Canada, K1N 8J4.
Tel: (613) 238 4796
Fax: (613) 238 3812
E-mail: contact@ambabf-ca.org

 

Consulat  et  ambassade  du  Burkina –Faso en  Suisse :

- Ambassade Chancellerie

       Avenue Blanc 51, CH - 1202 Genève

        Tél. : 022/734 63 30

        Fax : 022/734 63 31

Courriel : mission.burkina@ties.itu.int

Site Web : www.ambaburkinafaso-ch.org

Section consulaire de l’Ambassade

 Avenue Blanc 51, CH - 1202 Genève

Tél. : 022/734 63 30

Fax : 022/734 63 31

Courriel : mission.burkina@ties.itu.int

Site Web : www.ambaburkinafaso-ch.org

- Consulats

 Consulat du Burkina Faso

Albisriederstrasse 416, 8047 Zurich

Tél. : 044/350 55 70

Fax : 044/350 55 71

Courriel : info@consulat-burkina-faso.ch

Site Web : www.consulat-burkina-faso.ch

 

 

*POUR  LE  BENIN :

-Consulat  du  Bénin  en France :

89, rue du Cherche Midi 75006  Paris

tél. 01 42 22 13 14
fax 01 42 22 39 19

paris@consulat-benin.fr

 

-Consulat  du  Bénin  en  Belgique(Bruxelles)

Adresse : Sterrewachtlaan 5
1180 Ukkel
Belgique

Tél : local: (02) 374.9192
international: +32.2.374.9192

Fax : local: (02) 375.8326
international: +32.2.375.8326

E-mail : ambabenin_benelux@yahoo.fr

Site : http://www.ambassade-benin.be

 -Consulat  du  Bénin  en  Suisse

Chemin du Petit-Saconnex 28

1209 Genève
Suisse

Tél : +41 (0)22 906 84 60
Fax : +41 (0)22 906 84 61
Email : info@missionbenin.ch
 

Horaires :
Lundi au vendredi (exceptés les jours fériés)
9h-13h et 14h-17h

-Consulat  du  Bénin  au Canada

58 Avenue Glebe
Ottawa, Ontario
K1S 2C3
Tel.: 613.233.4429
Fax : 613.233.8952

amba.benin@yahoo.ca

-CONSULATS :

AMBASSADES

 ALLEMAGNE – BONN

Riledigerstrasse 10, 53179 BONN-MEHLEM

Tél : (0049) 228 94 38 70 – Fax : (0049) 228 85 7192

 

BELGIQUE – BRUXELLES

5, Avenue de l’observatoire, 1180 BRUXELLES

Tél : (00322) 374 9192 – Fax : (00322) 375 83 26

 FRANCE - PARIS

87, Avenue Victor Hugo, 75116 PARIS

Tél : (0033) 1 45 00 98 82- Fax : (0033) 1 45 01 82 02

Web : http://www.ambassade-benin.fr

Email : contact@ambassade-benin.fr 

 ITALIE - ROME

Viale del Policlinico, 131

00161 Roma

Tél : (0039) 0679846567 – Fax : (0039) 0679810197

Email : ambr201@tiscali.it

 RUSSIE - MOSCOU

4, A. USPENSKI PEREOULOK

Tél : (007095) 299 78 23 – Fax : (007095) 200 02 26

 SUISSE (Nations Unies) – GENEVE

Mission Permanente du Bénin

36, Rue de Lausanne – 1201 Genève

Tél : (0041) 22 906 84 60 – Fax : (0041) 22 906 84 61

 UNESCO (Délégation Permanente) – PARIS

1, rue Miollis – 75015 PARIS

Tél : (331) 45 68 30 63 – Fax : (331) 43 06 15 55

 

CONSULAT GENERAL

 FRANCE – Consulat Général du Bénin à Paris

89, rue du Cherche-midi – 75006 Paris

Tél : 01.42.22.13.14

Fax : 01.42.22.39.19

Web : http://www.consulat-benin.fr

Email : paris@consulat-benin

 

CONSULATS HONORAIRES

 Consulat Honoraire du Bénin à Munich - ALLEMAGNE

Tengstrable 27,

80798 Munchen

Tél. : (0049) 89-272931-0/(0049) 89-277293125
Fax : (0049) 89-272931-20
Email: current@t-online.de

 Consulat Honoraire du Bénin à Sarrebruck- ALLEMAGNE

Puccini Strabe 2

66119 Saarbrücken

Tél. : (0049) 681-5860611/(0049) 681-9265613
Fax : (0049) 681-5860667
Email : edohhart-mann@hotmail.com

 Consulat Honoraire du Bénin à Vienne - AUTRICHE

Burgasse 60, A-1070 Vienne Autriche

Tél. : (0043) 1 5239300
Fax : (0043) 1 5261705

Email : wagner@reiwag.at

 Consulat Honoraire du Bénin à Anvers - Région flamande BELGIQUE

Large Kaart, 39 2930 Brasschaat, Belgique

Tél. : (0032) (0) 3 653 5850

Fax : (0032) (0) 3 636 3675

Email : consulatbenin@hotmail.com

 Consulat Honoraire du Bénin en Wallonie - Liège BELGIQUE

Chaussée de Liège 59 4500 HUY, Belgique

Tél. : (0032) (0) 8 521 24 67

Fax : (0032) (0) 8 523 36 16

 Consulat Honoraire du Bénin à Barcelone – ESPAGNE

Aragon 290/292 1° B 08009 Barcelone – Espagne

Tél. : (0034) 934677036

Fax :  (0034) 934677182
Email / consuladobenin@terra.cs

 Consulat Honoraire du Bénin à Madrid – ESPAGNE

Urbanizacion MonteAlina C/. Transversal 1, N°7

La « Parcela » Pozuelo de Alarcon 28223 Madrid-ESPAGNE

Té./Fax : (0034) 913529225

Email : Sardeandresg@terra.es/saradeandresg@gmail.com

 

 Consulat Honoraire du Bénin à Valence – ESPAGNE

Avenidu Pio XII, Nuevo Centre – Valence 46009

Tél : (343) 348 4672 – Fax : (343) 347 08 08

 Consulat Honoraire du Bénin à Helsinki – FINLANDE

Runeberginkatu 31 A 11, 00100 Helsinki C/OY TAM

RO Ab 40 Vantaa

Tél. : (00358) 0 92 60 05 15

Fax : (00358) 9 26 006 16

 

Consulat Honoraire du Bénin à Vaasa – FINLANDE

Vöyrinkatu, Vöragatan 13

65 100 Vaasa Finlande

Tél. : (00358) 6 320 9110

Fax : (00358) 6 320 9114

Email : tabita@engedi.fi

 Consulat Honoraire du Bénin à Bordeaux - FRANCE

85, rue Peyronnet

33800 Bordeaux

Tél. : 05.56.94.10.10

Fax : 05.56.94.00.10

 Consulat Honoraire du Bénin à Fort de France - FRANCE

Long Bois

97232 Le Lamentin Martinique

Tél. : 0.596.51.84.84

Fax : 0.596.51.88.71

 Consulat Honoraire du Bénin à Lille - FRANCE

91, rue du Faubourg de Douai

59000 Lille

Tél. : 03.20.52.87.54

Fax : 03.20.85.95.70

 Consulat Honoraire du Bénin à Lyon - FRANCE

95, avenue du Maréchal de Saxe – 69003 Lyon

Tél. : 04.78.71.77.71

Fax : 04.78.71.78.08

 Consulat Honoraire du Bénin à Marseille - FRANCE

21, rue Grignan – 13006 Marseille

Tél. : 04.91.54.05.00 / 06.09.31.84.72

Fax : 04.91.54.11.55

Email : consulat-benin@laposte.net

 Consulat Honoraire du Bénin à Athènes - GRÊCE

326, Avenue KIFSSIAS, 15233 Chalandri

Tél : (301) 68 01808 ou (301) 68 18 944 – Fax : (301) 80 86 312

 

Consulat Honoraire du Bénin à Budapest - HONGRIE

21, rue Orbànhegyi

H-1126 Budapest

Tél. : (0036) 1 225 8220

Fax : (0036) 1 225 8221

Email : consulate@benin.hu

 Consulat Honoraire du Bénin à Milan – ITALIE

Via Matteotti,2

21020 Bardello Varese Italie

Tél. : (0039) 0 332743152

Fax : (0039) 0332730753

Email : v.delgrande@libero.it

 Consulat Honoraire du Bénin à Turin– ITALIE

Corso Duca Degli Abruzzi, 34 10129 Turin

Tél. : (0039) 0 11590436

Fax : (0039) 011502433

Email : segretaria@consolatobenin.it

 Consulat Honoraire du Bénin à Naples – ITALIE

Via Faro 31

80070 Bacoli Naples

Tél./Fax  : (0039) 0 81 5234959

Email : giugambardella@libero.it

 Consulat Honoraire du Bénin à Venise – ITALIE

Strada Stalace -Romea 52

30030 Gambarare-Mira Venise Italie

Tél. : (0039) 0 41560 9787

Fax : (0039) 0 41560 0288

Email : giudodona@libero.it

 

Consulat Honoraire du Bénin à Oslo – NORVEGE

Rugdefaret 8,

1450 Nesoddtangen Oslo Norvège

Tél. : (0047) 9768 8790

Fax : (0047) 6696 5821

Email : o-ro@online.no

 Consulat Honoraire du Bénin à Amsterdam - PAYS-BAS

Wisselwerking, 12

1112 XM Diemen

BP : Postbus 12 510

1100 AM Amsterdam – ZO

Tél.  : (0031) 20 66 23 053

Fax : (0031) 20 66 41 641

 Consulat Honoraire du Bénin à Lisbonne -PORTUGAL

Av. Praïa da Victoria

12 – 1° E

10000 247 Lisboa Portugal

Tél./Fax  : (0035) 121356 3732

Email : joseafcapristano@hotmail.com

 Consulat Honoraire du Bénin à Prague -REPUBLIQUE TCHEQUE

Ke Kaménce 17

16300 Praha 6

Tél. : (0042) 0 235-312218

Fax  : (0042) 0 235-312216

Email : ben.con@seznam.cz

 Consulat Honoraire du Bénin à Londres – ROYAUME UNI

Millenium House, Humber Road, Near Staples Corner, London NW2 6DW

Tél. : 0044 (0)20 8830 8612

Fax : 0044 (0)20 7435 0665

E-mail l.landau@btinternet.com/beninconsulate@hotmail.co.uk

 Consulat Honoraire du Bénin à Stockholm - SUEDE

Götgangen 82 S 271 44 YSTAD

Tél. : (0046) 41165 824- 65825

 Consulat Honoraire du Bénin à Kiev - UKRAINE

Kiev 28 ; Chaussée Stratégique

15; Appartement 30 Ukraine

Tél. : (0038) 0 442274241

Email : adwed@yandeix.ru

 Ce courrier doit être envoyé, doit se composer des pièces suivantes :

- Le formulaire rempli.

- Deux photos d’identité.

- Une preuve du billet A/R (réservation internet ou photocopie du billet).

- Votre passeport valable au moins 6 moins après le retour avec 4 pages vierges.

- Une lettre d’invitation (fournie par  « MSVD»).

- Une attestation d’hébergement (fournie par  « MSVD »).

- Une attestation d’assurance rapatriement (la preuve du paiement du billet par carte bancaire peut suffir).

- Une enveloppe Chronopost pour le retour du passeport par courrier.

NB :Adresse de l’association  au Togo : Rue Dzabatawouvé, cassablanca villa N° 55.

*TYPE DE  VISA :

Choisissez un visa tourisme, avec le bon nombre de jour en fonction de la durée du séjour. Si vous avez l’intention de sortir du Togo durant votre séjour, pour visiter les pays frontaliers par exemple, tels que le Ghana ou le Bénin, prenez un visa à  entrées  multiples. Si vous êtes en possession d’un visa à entrée unique et que vous sortez du pays, à votre retour au Togo le visa ne  sera plus valable, vous serez obligés de repayer (1mois = 10.000 FCFA) même si vous n’avez que quelques jours à faire  au Togo avant votre départ pour votre pays d’origine. Ceci  est  valable  si par mégarde vous rentrez en situation d’illégalité de séjour sur le territoire avec des pénalités.

* Coût et paiement du visa :

Un visa tourisme à entrée multiple de 90 jours vaut 70 €. Les prix diminuent avec le nombre de  jours et si l’entrée est unique. Les prix augmentent si vous vous y prenez en retard et que vous êtes dans l’obligation de prendre un visa express. Ajoutez à cela les frais d’envoi commandé, d’enveloppe Chronopost, de mandat cash (environ 25 €). Le paiement se fait donc par mandat  cash, cela se fait au niveau de la poste en leur fournissant la somme en liquide.

  Assurance :

Vérifiez auprès de vos organismes d’assurance ou mutuelles que vous êtes bien couvert pour les frais de rapatriement en cas d’accident ou de besoin d’hospitalisation. Les cartes bleues Visa proposent également ce service.

* Santé :

 Vaccinations :

La possession d’un carnet international de vaccination mentionnant une vaccination contre la  fièvre jaune est obligatoire pour l’entrée sur le territoire togolais. Renseignez vous auprès d’un hôpital, d’un médecin spécialisé en maladies tropicales, ou d’un centre de vaccination. Il est aussi conseillé de faire d’autres vaccins ou rappels (fièvre typhoïde, hépatites...). Cette démarche peut revenir assez chère selon le nombre de vaccins (jusqu’ à 150 €). Si vous possédez une mutuelle étudiante ou autre, une bonne partie de ces frais peut vous être remboursée.

 Le  Paludisme

N’oublions pas que le Togo est une région touchée par le paludisme, une maladie qui est  transmise par un moustique. Il n’existe pas encore de vaccin contre cette maladie. Il est fortement  conseillé de se faire prescrire un traitement préventif du style doxycycline ou doxypalu. Ce sont  des médicaments qui se prennent  chaque jour à heure fixe un jour avant l’arrivée au pays et pendant un mois après le retour. Ils ne vous garantissent pas le fait de ne pas être touché par la maladie mais réduisent de façon  conséquente les risques. Ces médicaments ont des effets secondaires, et ne sont pas conseillés à  toutes les personnes, consultez bien votre médecin. Ce traitement est fourni seulement sur ordonnance, il peut vous être prescrit dans les centres de vaccination. Une boite de 28 cachets de  Doxypalu coûte entre 10 et 15 € selon les pharmacies. Ces médicaments ne sont pas remboursés. Achetez vos boîtes en France et prévoyez en assez pour subvenir à tout le voyage. Prévoyez aussi des médicaments contre la turista, la diarrhée, la constipation, etc...

* Argent et banque :

La devise utilisée au Togo est celle de l’Union Monétaire Ouest Africaine, le Franc CFA. 1 Euro=655 FCFA. Le Franc CFA est valable au Bénin, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Niger et Burkina-Faso. Cette monnaie n’est pas acceptée au Ghana, pays frontalier au Togo (qui utilise les Cedis, 100 000 Cd = 4 000 Francs CFA= 6 €).On peut facilement échanger les Euros en Francs CFA dans les banques togolaises à partir de 50 €, avec un taux de change qui n’est pas excessif. Pour le retrait d’argent au distributeur, seule la carte bleue Visa est acceptée au Togo. La Master Card, la carte Gold ne sont pas acceptée, ni les traveller’s chèque. Exigez donc une carte bleue visa de votre banquier.

NB : Les chèques au porteur BNP et autre ne sont pas non plus acceptés

* Dans  vos bagages :

 Sur soi et bagage à main :

Mettez à l’intérieur tout ce que vous avez de plus précieux : ordinateur, appareil photo, papiers d’identité, argent, carte bleue, médicaments... Attention, ne pas mettre de produits liquides (dentifrice, crèmes...).

 Bagages en soute :

Air France vous autorise à mettre en soute deux bagages de 23 kg chacun. Vérifiez bien le poids afin de ne pas payer les lourds suppléments. Renseignez vous si vous empruntez une autre compagnie. Effets personnels.  Laissez chez vous vos bonnets et doudounes ! Quelque soit la période de l’année, il fait toujours chaud au Togo, donc emmenez vos shorts et vos T shifts, une casquette, de la crème solaire des lunettes noires, des tongs. Un habit de pluie peut vous être utile, ainsi qu’un petit pull pour les nuits fraîches (notamment sur les montagnes). Prenez aussi des t-shirts à manches longues et des pantalons qui pourront vous servir de  protection supplémentaire face  aux moustiques, en plus des répulsifs. Concernant ces derniers, il en existe trois types, pour l’air, pour la peau et pour les tissus. Prévoyez aussi une moustiquaire imprégnée. Pour dormir, vous pouvez prendre un coussin gonflable, matelas gonflable,   mais surtout un sac à viande (sac de couchage léger en soie ou en coton) et une frontale. Emmenez du matériel pour travailler (ordinateur, papier, stylos). Voilà pour ce qui est de plus indispensable.

Dons et cadeaux (non obligatoire)  pour l’association : on peut penser  à du matériel  informatique (ordinateur dont on ne se sert plus, imprimante, scanner, clés USB, appareil numérique). En Afrique, quelque chose à priori cassé, peut se recycler, ou même avoir une nouvelle vie... Tout autre sorte de matériel de bureautique peut être intéressant à donner (relieuse, feuilles, classeurs, pochettes en carton...). Ce n’est en aucun cas une incitation à acheter. Ne vous sentez pas gêné si vous n’avez rien à donner. Sachez simplement que des choses dont vous ne vous servez  plus, peuvent être ici d’une grande utilité. Vous pouvez aussi emmener des choses typiques de votre région (jeux, nourriture, instrument de musique) pour  nous  faire découvrir.

Pour les communautés : matériels, livres scolaires, habits, ballon de foot, jeu de tenues, jouets, ballon de baudruche, pompe à vélo avec embouts pour ballon...

 Sont admis sans formalités et par voyageur : vêtements et linge. 1’ appareil de prise de vue cinématographique, une paire de jumelles, 1 instrument de musique, 1 tourne disque avec 20 disques, 1 magnétophone, les articles de sports, skis nautiques, raquettes de tennis, etc., appareils photographiques.

Arrivée à Lomé :

 Laéroport :

Attendez-vous à un choc thermique dès la sortie de l’avion.  Après les vérifications du passeport et carnet de vaccination, vous attendrez l’arrivée de vos bagages. Soyez patients et non inquiets si vos bagages mettent du temps à arriver. Ce sera un premier aperçu de la lenteur du système africain. Une fois vos bagages récupérés, les douaniers les fouilleront sûrement avant la sortie. Si vous entendez « il faut donner cachet », c’est le douanier qui réclame une petite pièce.

 Première nuit :

Généralement la première nuit se fait à Lomé, de même que les quelques jours d’avant et après chantier.

 Enregistrement au consulat de France :

Celui-ci est important, pour prévenir les autorités ambassadrices de votre pays d’origine de votre présence au Togo. Généralement au lendemain de votre arrivée  un membre de l’association vous accompagnera pour réaliser cette démarche ainsi que les opérations de change à la banque. Dans le cas d’une arrivée le week-end, cette démarche consulaire se fera en début de semaine avant tout départ sur le chantier, et s’il arrive que ça coïncide avec la date du début du chantier, vous serez contraint de rester à Lomé pour être déclaré auprès de votre ambassade avant de rejoindre le groupe de bénévole sur le chantier.

 Encadrement des bénévoles :

  Responsables :

En plus de leur rôle de gestion et représentation de la structure, ces personnes restent  auprès des  bénévoles et des volontaires tout au long de leur séjour. Ils sont à vos côtés pour vous accompagner dans vos démarches d’arrivée, ils assurent votre sécurité et peuvent répondre à  toutes vos interrogations concernant le pays ou autre. Ils sont aussi chargés du suivi  de votre  mission. L’association a également à sa disposition de nombreuses personnes ressources, notamment dans chaque village ciblé par un projet et les animateurs du chantier. Ces personnes font le lien entre  l’association et la population villageoise. Elles s’impliquent dans les projets, vous accompagnent et vous apporte l’assistance nécessaire durant toute la durée du séjour dans les communautés.

  Frais de participation au chantier :

 Règlement des frais de participation au chantier :

 Les frais de participation au chantier proprement dit ne sont payables à votre arrivée à Lomé en Euros ou Francs CFA.

Les frais de participation adaptés  à chaque type de chantier servent généralement à couvrir les besoins basiques du bénévole. C'est-à-dire que :

 Ces frais de participation couvrent :

Pendant la durée du chantier proprement dit (A notre niveau l’association gère souvent les frais d’hébergement au cas où les volontaires seront logés dans des familles d’accueil pour des raisons de sécurité et de bonne organisation du projet) et compte tenu du fait que les frais de participation souvent n’arrivent pas à couvrir les besoins du chantier (petite financement du projet, déplacements liés à la réalisation de la mission) et du volontaire (restauration, imprévus, hébergement).

- Restauration durant le séjour du volontaire (petit déjeuner, déjeuner, dîner et dessert)

- Accueil et transport aéroport de Lomé, consulat, banque.

- Transports aller - retour du chantier

L’association  vous assure gratuitement l’hébergement à Lomé avant, pendant et après le chantier et  logement  sur le chantier.

Aussi  ces frais de participation contribuent au financement des activités selon le type de chantier : Chantier de mobilisation  sensibilisation sur le paludisme ou sur les IST/VIH/SIDA : Achat de moustiquaires imprégnées, de préservatifs,  frais de transport des matériels. Chantier de reboisement : achat de jeunes plants tels que manguier ou  kayas-sénégalinsis ou acacia ou acajou, teck et autres. Chantier artistique : Couleurs de teinture, t-shirt blanc, soude, bougie, cire d’abeille, gans, tissus blanc guinéens, peintures acryliques, peintures à huile, tissus, bois ...... Frais de transport des matériels. Chantier de construction ou de rénovation : ciment, gravier, fer  à béton, ocre, chaux blanc, tôles, papiers éteins, peinture, rémunération du maître maçon, du maître menuisier,  location de pèles, truelles, taloche, niveau, moule claustra, parpaings creux et plein, frais de transport des matériels etc.)

 Autres frais :

Ensuite les éléments cités ci dessous restent à la charge directe du bénévole:

- Billets d’avion et taxe d’aéroport.

- Assurance annulation, maladie et rapatriement.

- Frais de santé et d’hospitalisation.

- Boissons et autres consommations personnelles.

- Les communications téléphoniques.

- Les excursions, visites, La spéciale journée Européenne et Africaine, confession d’un habit traditionnel.

 Sécurité :

L’insécurité ne règne pas au Togo, même pour les étrangers. Cependant certaines précautions sont à prendre, notamment à Lomé. Comme partout dans les grandes villes du monde il n’est pas impossible, d’être agressé, ou d’être victime de vol. Dans les villages, il n’y a quasiment jamais  de problème. Pour minimiser les risques, l’association ne laisse jamais ses bénévoles se promener seuls, notamment à Lomé et la nuit en général. N’hésitez pas à faire plusieurs photocopies du passeport et du visa, dont un exemplaire à garder sur vous. Laissez l’original  en  sécurité ou auprès de l’association.

  QUELQUES DEFINITIONS :

 Qu’est-ce qu’un volontaire bénévole ?

Un volontaire bénévole est une personne qui rend service sans être obligé. Cette personne s’investit physiquement et intellectuellement voire financièrement dans ce service humanitaire (aider des populations et enfants démunies). Il /elle le conçoit comme un don à des nécessiteux.

 Qu’est-ce qu’un projet humanitaire ?

Un chantier  c’est deux, trois à quatre semaines ou plus,  de vie commune pendant lesquelles, des volontaires étrangers comme nationaux (Filles et garçons âgés de 18 ans au moins voir 17 ans  parfois) participent à la réalisation d’un projet au profit d’une communauté donnée. Les travaux sur un chantier varient selon les besoins des localités. La participation active de tous les volontaires, un symbole parfait et une harmonie du groupe constituent les facteurs de la réussite du camp chantier. Un chantier, est un lieu de rencontre, d’échange culturelle et d’expérience, un lieu du savoir faire et du savoir vivre en compagnie d’autres personnes. Les travaux sur un chantier sont bénévoles, mais exigent la participation matérielle et financière de tous les volontaires qui les exécuteront. Le nombre de volontaires sur un chantier est compris entre 10 et 20 personnes et il n’y a aucune distinction de race, de religion ou de conviction politique.

 Pourquoi une mission  humanitaire ou stage au Togo ?

Il est de plus en plus facile et surtout caractère politique à la mode d’aller en Afrique en tant que touriste. Passer  des  vacances, ça peut être sympa, mais vous ne découvrirez pas réellement l’Afrique en général et le  Togo en particulier. En faisant un chantier par contre vous rentrerez directement en contact avec la population locale, en travaillant avec eux vous aurez un bon aperçu de leur vie quotidienne, vous irez dans des endroits où jamais vous n’auriez mis pied en tant que touriste. De plus vous finirez par vous faire des amis avec la communauté locale. L’échange n’est pas  uniquement humain mais aussi culturel. Le tourisme a le plus souvent un impact fort et positif sur la communauté locale. Ce tourisme engendre parfois l’exploitation des gens et souvent, la perte des traditions et des cultures ainsi que la détérioration des paysages. En faisant un chantier, donc vivant et travaillant ensemble, on espère que les gens venant du monde entier apprendront à comprendre et à respecter les autres cultures plutôt que de les exploiter.

 IMPACTS DES projets HUMANITAIRES :

 Sur les volontaires :

Pour un volontaire, le camp chantier lui permet d’accroître l’échelle de ses connaissances. Il lui donne de nouvelles acquisitions techniques comme culturelles. Il cultive le savoir vivre en groupe  multinational et découvre ainsi de nouvelles races et cultures. Un volontaire digne de ce nom doit avoir comme premier gain, la joie et le plaisir d’avoir offert  son service à une communauté ou à des enfants  qui en a  besoin. Il doit être fier d’avoir aidé d’autres à améliorer leur existence. L’on peut sortir d’un camp  chantier et devenir artisan, agro forestier si l’on s’applique sur les camps chantiers. Les différentes relations tissées sur les camps chantiers peuvent également prouver plus tard des surprises alternatives. Bref, l’on ne perd rien en participant à un camp chantier, l’on en profitera  toujours.

 Formation des volontaires locaux :

Une réunion de formation et d'information des volontaires locaux commence à partir du début Janvier ou parfois plus tôt et s'effectue chaque dimanche du mois et ceux durant toute l’année. Au cours de ces réunions, certains thèmes sont débattus comme le fonctionnement et la vie sur le camp chantier, la dynamique du groupe, le conflit culturel...etc. Ceci pour les former à ce que le chantier se passe en bonne et due forme, pour éviter dans la mesure du possible certains problèmes qui peuvent exister au cours du chantier. Les nationaux de MSVD versent une cotisation de 10.000 FCFA mensuellement, soit l'équivalent de 15  Euros chaque dernier dimanche  et ceux durant toute l’année de formation. Les  cotisations des membres du bureau et locaux servent au fonctionnement de l’association durant  toute l’année. En sommes sur toute l'année ils versent une participation d'environs 100 Euros au moins. Alors quand vient la période des camps chantiers et autres activités ils versent juste une modeste contribution qui est de 10 .000FCFA soit en environs 15 Euros  pour servir de guides  aux volontaires expatriés. Aussi faudrait le mentionner que les cotisations des membres actifs ne sont pas significatives de  participation directe aux activités. La régularité aux réunions hebdomadaire leur est obligatoire et  suivit par une liste de présence, la ponctualité, l'assiduité et en fin avant le début des chantiers  tous les nationaux passent obligatoirement un test d'évaluation pour que le bureau de l'association puisse juger de leur aptitude à mener à bien le projet et à mettre en pratique les  consignes des formations reçus. Un week end de préparation  et de formation  sanctionne la fin de chaque formation à quelques jours avant le lancement des projets. Pour participer à ce week end de préparation les bénévoles nationaux versent 2.500 FCFA ce qui équivaut à 4 Euros. Le week-end de formation est organisé dans un village très proche de Lomé ou à Lomé. En définitif la participation versée à la fois par les bénévoles nationaux et internationaux sert aussi à assurer le suivi des projets pour leur pérennité, et à la vie de l'association durant au moins une année.

  Week-end ou journée de préparation :

Après le test obligatoire d’évaluation des nationaux, un week-end ou une journée de préparation clôture des réunions de formation et d'information des volontaires locaux. Au cours de cette journée les formateurs  de l’association effectuent une restitution du test d’évaluation et un résumé de tout ce qui a été dit durant les réunions précédentes, et leur explique l'activité qui serait exécutée sur chaque type de chantier. C'est le lieu où les volontaires locaux sont informés du chantier auquel ils auront à participer suite aux 3 choix de chantiers par ordre de préférence inscrits sur la fiche de participation au chantier.

 14) Recherche de bénévoles :

Du fait que notre association  «MSVD», n'est pas encore en relation de partenariat avec les  associations d'outre mer comme (Concordia, Solidarité Jeunesse, Jeunesse et Reconstruction «FRANCE », Compagnons bâtisseurs «BELGIQUE »...etc.) qui envoient les volontaires  à  l'étranger, notre principal canal de recherche de bénévole demeure l'internet, la publicité, les forums, des représentations de MSVD à l’étranger par des volontaires expatriés de MSVD. Et ce  canal engendre beaucoup de dépense à l'association car il faut une présence quotidienne et  régulière sur le net pour pouvoir informer  des bénévoles. Certains anciens bénévoles acceptent de servir de personnes ressource dans leur pays ou leur ville pour donner des informations utiles aux futurs bénévoles. Parfois certains même font l'effort de rencontrer ces futurs bénévoles autour d'une table de discussion. Par ailleurs nous envoyons un prospectus à nos anciens bénévoles pour les afficher dans leur ville de résidence, universités, lycées, écoles etc...

Matériels des chantiers (compte tenu des nombres de camps chantiers organisés à la chaine) :

Ces matériels se résument à l'achat de :

-nattes (pour dormir), pour le confort personnel veuillez apporter un matelas  gonflable.

-ustensiles de cuisine (fourneaux, marmites, casseroles...)

-charbon de bois.

-plats, gobelets, cuillères, fourchettes...

-matériels nécessaires pour l'activité (machette pour le reboisement, craie pour soutien scolaire, pioche, pelle, brouette… pour la construction)

Exécution d’une mission humanitaire ou  stage:

Après qu'un nombre minimal de trois (3) bénévoles expatriés inscrits confirment leur participation, le projet peut être réalisé. Le groupe de volontaires  locaux et d'expatriés part sur le site du chantier pour exécuter le projet  pendant un temps de 2 semaines, 3 semaines, 1 mois ou plus. S'il manque du matériel et du financement, la finition est  reportée pour un autre chantier qui sera prévu au cours de l'année ou l'été prochain.

  Hébergement dans les communautés daccueil, chambres et toilettes :

Les  chambres et les nattes peuvent être partagées entre les bénévoles en fonction du nombre. Souvent, les bénévoles sont logés dans les maisons d’accueil négociées et louées  par  « MSVD», dès fois selon les atouts du village les infrastructures sociocommunautaires peuvent servir des lieux d’hébergement (Bâtiment scolaire, centre social...). Notons que les bénévoles étrangers et locaux sont répartis et logés ensemble dans les chambres. En ce qui concerne les toilettes, ce sont souvent les fosses sèches à trou où les besoins fécaux  tombent directement. Pour la douche, c’est très typique d’où le bénévole a besoin d’emmener le  seau d’eau à la douche clôturée pour cacher la nudité, mais souvent non couverte, donc à ciel ouvert.

 Protection contre les moustiques :

Il n’y a pas énormément de moustiques dans les villages notamment. Cependant, il faut quand même prévoir une moustiquaire pour mettre autour de son couchage et des répulsifs anti moustique. C’est très important !

  Eau :

A Lomé il n’y a pas de complication vis-à-vis d’accès à l’eau potable.  Mais dans certains villages  souvent.

L’association se charge d’approvisionner le camp chantier en eaux potable en poche plastique.  Les eaux  minérales en bouteilles sont à la charge des volontaires.

Lessive :

Elle se fait à la main. Tout un sport ! Cela prend du temps mais c’est tout aussi efficace qu’’une machine.

Nourriture :

Préparation :

Il n’y a pas de gaz. La nourriture est cuite avec du charbon de bois sur un système de pot en terre cuite ou sur le fourneau en fer, à bois de chauffe. Conservation des aliments Il n’y a pas de réfrigérateur.  Certains aliments proviennent (poulet, bœuf) se mange directement après avoir tué l’animal. Il y a également beaucoup de féculents (spaghetti, riz, semoule) qui n’ont pas besoin de conditions spécifiques de conservation.

Composition des repas :

Les repas sont locaux mais adaptés aux estomacs européens (moins pimentés et moins épicé). Généralement, ils se composent que d’un seul plat principal en quantité importante avec un dessert.

Plat principal : Des féculents (pâte à base de farine de maïs, de manioc ou de tubercules d’igname, riz, spaghetti, semoule...) accompagnés d’une sauce à base de concentré de tomates, d’oignons, de viande ou de poisson, sardine, thon, corne beef....La tradition fait que les plats à base de pâte et de foufou se mangent avec la main. On prend un bout de pâte qu’on trempe ensuite dans la sauce. Ce n’est pas un protocole, on peut si l’on désire manger avec des couverts. Desserts : les desserts sont des fruits locaux : ananas, oranges, papayes, pamplemousses, mangues, noix de coco, bananes...Petits déjeuners: Ils sont de type Français : confitures de fruits locales (Fraise, abricot) patte à tartinée, pains, café, beure, thé, ric orée. Il n’y a pas de lait frais, mais du lait concentré en conserve.

Electricité :

A Lomé pas de problème d’électricité mais au village souvent.

Communication et accès à internet téléphone et  poste :

L’opérateur Togolais proposant les tarifs les plus avantageux pour les appels vers l’étranger est « TOGOCEL ». Il n’y a pas de problème pour contacter sa famille à l’étranger ou dans votre famille d’origine car il suffit d’acheter une carte de recharge. Pour la poste, nous vous déconseillons d’utiliser leurs services (lenteur, vol...).Si vraiment vous êtes obligés d’envoyer ou de recevoir du courrier ou un colis choisissez la société UPS. Internet : il y a l’internet partout alors vous pouvez avoir y accès partout en payant  200 à 300Fcfa/heure. La connexion est de temps en temps   lente, la patience est de rigueur. On peut aussi faire face aux problèmes de connexion et coupures d’électricité. L’utilisation d’internet d’ordre personnel (divertissement, communication avec la famille...) sont aux frais des bénévoles.

Déplacements :

Les  déplacements à Lomé et dans les alentours se font souvent en taxi brousse ou en Taxi moto. Du fait que les locaux de l’association ne se situent pas directement au  centre ville, ce moyen de déplacement est souvent utilisé.

Règles de vie en collectivité :

Compte tenu du partage d’un lieu de vie entre plusieurs personnes, des règles et des comportements sont à respecter. Le volontaire est appelé à observer un certain nombre de règles pour pouvoir consolider la cohésion du groupe. Sur chaque chantier, chaque volontaire est tenu de respecter un calendrier de roulement précisant le déroulement du séjour. Nous devons oublier les conforts dans lesquels nous vivions, on a la plupart du temps des nattes à la place du lit, des toilettes traditionnelles, des lampes à piles ou si possible l’électricité, une  moustiquaire. Des fois, des salles de classes servent de logement, ou bien une grande salle peut servir de salle à coucher à toute l’équipe....C’est en cela même la vie du volontaire et il n’y a rien de plus intéressant que de partager ces moments là ensemble. Les volontaires organisent également des activités de loisirs : des randonnées sur les montagnes, dans les forêts, des soirées culturelles ou  autres activités sportives. Les volontaires sont alors appelés à apporter des jeux qu’ils en possèdent et peuvent contribuer à une bonne ambiance sur le chantier. Les activités doivent s’organiser en groupe car la vie collective est de règle. Les volontaires sont tenus d’évoluer toujours en groupe. Les différentes sorties doivent se faire en groupe ; ceci va dans l’intérêt supérieur des volontaires pour des raisons de sécurité. Retenons que le camp chantier n’est pas un lieu de débauche. Déroulement des activités Le groupe des volontaires bénévoles vit ensemble et travaille environ 7 heures par jour et 5 jours par semaine. Les matinées sont principalement réservées pour l’activité proprement dite et les après-midi sont consacrés pour les activités secondaires. Les mercredis et les vendredis après-midi sont consacrés aux animations et loisirs enfants.

EMPLOI DU TEMPS JOURNALIER

06 H 00................................................................... REVEIL   DE L’EQUIPE  DE  CUISINE

06H 30..................................................................... REVEIL GENERAL

07H-7h45................................................................ PETIT  DEJEUNER + LECTURE DE RAPPORT

08H00...................................................................... DEBUT  DES  ACTIVITES

11H30...................................................................... FIN  DES  ACTIVITES

12H30...................................................................... DEJEUNER

13H-15H.................................................................. PAUSE

15H00...................................................................... REPRISE  DES  ACTIVITES

17H00...................................................................... FIN  DES  ACTIVITES

19h00...................................................................... DINER

22H00...................................................................... FERMERTURE  DES  DORTOIRES.

Fonctionnement des groupes de corvées. Les tâches quotidiennes : entretien, eau, cuisine, vaisselle  sont faites à tour de rôle par les petites équipes de volontaires  formées. Généralement on dispose de 4 équipes A, B, C et D. L’équipe de cuisine a pour tâche de préparer le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner pour le groupe durant la journée’équipe de ménage (entretien) se doit de débarrasser la table après le repas, mettre au propre la cuisine et les sanitaires et balayer le réfectoire (salon). Mais le balayage des dortoirs est propre à chaque membre les occupant. L’équipe de vaisselle lave les plats et les ustensiles de cuisine après chaque repas. Notez que ces chantiers internationaux qui s’organisent  nécessairement  autour d’un projet d’intérêt  général et qui sont des carrefours  de  rencontres  interculturelles  favorisent l’apprentissage de la citoyenneté, suscitent l’émergence de solidarité locale et permettent la mobilisation de volonté autour de la valorisation du patrimoine, qu’il soit culturel, naturel ou bâti et sont des lieux de formation. La plupart des maisons ne disposent pas de pompe ou de forage en leur sein. Donc l’équipe de corvée d’eau doit chercher de l’eau à la pompe à côté ou un peu plus loin, pour la cuisine et pour la vaisselle.  Mais chaque volontaire doit chercher de l’eau pour son bain personnel et pour sa lessive.

Respect de la tranquillité d’autrui :

Il faut tenir au respect des voisins au niveau du bruit, mais également à celui des autres habitants de la maison si certains d’entre eux dorment. Les soirées culturelles sont organisées souvent en chant, danse, chorégraphie, soit entre le bénévoles eux mêmes aux sons de Djembé, soit à l’invitation des groupes folkloriques de la localité d’accueil. C’est toute une ambiance de réjouissance et d’échange culturel, des bons moments culturels. Outre que ces types d’animation, les soirées de contes et légendes voire de débats interculturels sont organisés entre les bénévoles pour débattre un thème de l’heure relatif à l’inter culturalité et la solidarité. Et aussi, sous l’invitation des personnes ressources dans les localités d’accueil, les bénévoles suivent la légende et l’historique de la constitution des communautés d’accueil.

Consommations :

Tabac : même si aucun membre de l’association n’est fumeur, l’usage du tabac est toléré mais exclusivement en dehors du groupe, mais aussi pas devant les enfants et les personnes âgées. Les fumeurs doivent veiller à ne pas éparpiller leurs mégots n’importe où en utilisant un cendrier. Pour les consommateurs, il est inutile de ramener une cargaison de cigarettes de France, sachant qu’au Togo un paquet coûte entre 400 à  800 Francs CFA (de 0,61 € à 1,22 €).

Alcool : les boissons alcoolisées sont consommées exclusivement en dehors des périodes de travail. La consommation  est tolérée tant qu’elle ne nuit pas aux relations et à l’efficacité des bénévoles. La  consommation d’alcool  doit être vraiment  modérée.

Cannabis : l’usage de produits stupéfiants, telle que la marijuana, gandja est fortement réprimandé par la loi togolaise. Un usager pris en flagrant délit de consommation peut s’attirer de très graves problèmes avec les forces de l’ordre. Ces derniers ne sont vraiment pas tendres avec les hors la loi. C’est pour cette raison que l’utilisation de ces produits n’est pas acceptée au sein de l’association.

Moyens financiers :

Le gouvernement togolais n’attribue pas de subventions aux associations. Il n’y a donc aucune ressource financière disponible pour les projets, on peut parler de système. L’association mise donc sur  son travail, sur les compétences intellectuelles, techniques, la volonté, les efforts, l’engagement, les capacités relationnelles et de dialogue de ses ressources humaines... et cela  fonctionne !

 Planning :

Contrairement à l’Europe où toutes les démarches sont réglementées et facilement planifiables, les réalités du travail en Afrique sont autres. Il est difficile de prévoir son emploi du temps à l’avance et encore plus de le respecter à la lettre. Le manque de moyens financiers, structurels, la lenteur du système administratif et le fonctionnement en partie informelle des sociétés africaines rende compliquée la planification et l’organisation du travail. Il faut faire avec ces caractéristiques locales et en accepter les contraintes. La complexité à se déplacer dans ces pays influe beaucoup sur cette difficulté à établir un programme prévisionnel précis.

 Transports :

Les projets sur lesquels est engagée l’association nécessitent de nombreux déplacements. Pour se rendre sur le terrain, le moyen utilisé est le taxi voiture ou le taxi brousse (minibus). Là aussi, au niveau des transports nous sommes très loin du niveau de développement européen. L’état médiocre des routes et des véhicules, les barrages, les arrêts pour récupérer des passagers sont autant de points qui font augmenter les temps de voyages. Ceci a tout de même l’avantage de ne pas pouvoir rouler à des vitesses excessives et donc de diminuer l’insécurité routière. Spécifiquement au Togo, il faut savoir qu’il n’est par rare de se retrouver à 7  dans une même voiture pour 5 personne,  ou 15 dans un bus prévu pour 9 personnes.

Populations :

Bien souvent, ces populations vivant dans des lieux enclavés n’ont pas accès à l’eau courante et à l’électricité. Ils vivent dans la pauvreté, mais réservent aux bénévoles/volontaires et aux étrangers un accueil  remarquable et unique au monde. Les habitants de ces villages ont un style de vie purement  traditionnel, et pratique l’animisme la plupart du temps. Il  faut aussi noter que beaucoup   d’habitants  parlent peu ou pas le français  et  que  beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés.

 PROBLEMES  ET  DIFFICULTES  RENCONTRES  ET  EVENTUELS :

Problème de langue vernaculaire

Vous remarquerez tout le long du séjour que les volontaires locaux parleront souvent à côté de vous leur langue vernaculaire « éwé » entre eux quoi qu’on ait eu à le leur interdire. Parfois ça laisse croire qu’ils parlent de vous ou qu’ils parlent pour que vous ne compreniez pas ce qu’ils disent. Nous vous rassurons que la plupart du temps ce n’est pas ça, mais plutôt une habitude naturelle. C’est un problème  crucial  qui  peut  causer de l’isolement  des volontaires expatriés. Nous vous prierons qu’une fois que vous serez face à cette situation, de ne pas vous sentir exclus, mais cherchez plutôt en inverser la tendance en leur parlant  le Français.

Vol :

Ils arrivent parfois que les volontaires expatriés soient victimes de vol (argent, objets). Nous vous prierons de prendre soin de vos objets de valeur en les mettant dans vos sacs et en les fermant à clé, de ne pas les laisser traîner partout. Vous pourriez librement circuler avec  la photocopie de votre passeport.

 Problème dintégration :

Il arrive  que les volontaires  arrivent individuellement, c’est parfois la première fois qu’ils viennent en Afrique pour un camp  chantier international. Ils peuvent aussi ne pas être habitués à s’exprimer dans une langue étrangère. Il est donc normal qu’ils soient un peu réservés, inquiets, ou même méfiant  à l’égard  de  ce  qui se passe. Dans ce cas, il faut chercher à discuter avec l’animateur du chantier ou les autres volontaires qui chercheront à venir vers vous pour se familiariser.  Au bout de quelques jours, suite à la communication qui s’établit entre les volontaires et les membres quant à ce qui concerne l’organisation du projet (comme la solidarité, la communication …), les  individus se sentiront membre  d’un groupe et impliquer dans une cause humanitaire. Le groupe du chantier développe alors sa propre identité, à laquelle chaque volontaire contribue. C’est un aspect essentiel du travail volontaire que de dépasser son égoïsme, de respecter les opinions, d’agir au profit d’une communauté ou d’une société en général. C’est une famille qui se crée lors de nos projets à MSVD. Tous les volontaires sont des gens biens, cool et sympa comme en témoignent les volontaires expatriés. Une semaine suffit pour intégrer vraiment  l’équipe.

 Difficultés d’adaptation / isolement/  sous-groupes :

Il arrive que certains volontaires ont du mal à s’adapter pour des raisons de son milieu social, culturel ou politique. S’il vous plait les réalités  au  Togo sont vraiment différentes de celles de votre pays  d’origine. Le but quasiment de toutes les organisations de volontariat est de travailler à la compréhension internationale et le respect mutuel. La  personne se présentant dans un cas pareil  doit faire un effort  de communication, de patience de responsabilité. Vous avez le droit de dire ce qui vous déplait au Président  si  l’occasion se présente.

 Conflits :

Il est évident d’avoir des points de vue parfois différents. Partout où des personnes différentes se rencontrent, des conflits peuvent naître en raison de différence  sociale, manière de voir les choses, le manque de  motivation. Si des personnes différentes ont des opinions différentes sur par exemple : l’organisation du travail ou des loisirs, tout le monde doit exprimer ses idées et ses sentiments pour des résolutions. Un problème dévoilé  vaut mieux qu’un problème  caché. Dans un groupe qui n’est rassemblé que pour trois semaines, il ne faut pas oublier les  limites posées  par  la durée du séjour, et il est souvent mieux de garder à  l’esprit  l’objectif, le  bon fonctionnement du chantier et la réalisation de ses objectifs.

 Préjugés envers différentes nationalités :

Il arrive que certains  volontaires  souvent de même nationalité pour des questions  d’intérêt commun ont des préjugés sur d’autres, alors ce que  nous recommandons dans la majeur partie  des  cas, c’est que les  volontaires qui se livrent à ce genre  de pratique  puissent  faire preuve d’esprit de solidarité  pour la bonne marche de la mission .C’est plutôt bien de faire l’effort de connaitre les autres ,sans aucun jugement, sans déduction. Toutes personnes   qui sont présentes  ont une volonté de  construction du monde, l’action sociale, l’humanitaire, le soucis d’aider des enfants et populations démunies.

 Différences de concepts moraux :

De la différence des cultures découlent des différences dans les concepts moraux, ou dans les attitudes par rapport aux rôles de l’homme et de la femme dans la société.

Cela peut donc poser des problèmes lorsque des personnes venant de pays ou de milieux différents se rencontrent. Il est important de respecter toutes les normes et toutes les valeurs. Il faut comprendre les systèmes de valeurs en observant les sociétés d’où les gens viennent. En l’espace de trois semaines, personne ne peut attendre de qui que ce soit de laisser tomber tout ce qu’il a appris et vécu chez lui jusqu’’à ce jour. Mais on peut bien sûr apprendre beaucoup sur un chantier, parce qu’on peut observer les attitudes et des manières  différentes  d’aborder les choses.

 Choc culturel une personne qui voyage à létranger peut souffrir dun choc culturel :

Un choc culturel survient lorsqu’une personne non préparée se trouve soudainement environnée par une population et une culture complètement différentes de celles auxquelles elle est habituée. Cela  commence par les choses quotidiennes telles que les repas, le climat, la langue, les expressions non verbales, le fait de dormir par terre, les transports (autobus surpeuplés), la différence de végétation. Si toutes ces petites choses s’accumulent, la personne peut réagir physiquement et psychologiquement à leur encontre. Les symptômes d’un choc culturel, qui se développe normalement sur une durée de temps plus longue que celle d’un chantier, sont les suivants :Il y a au début une période d’enthousiasme et d’euphorie. La personne communique intensément avec les gens  du pays ou de sa propre nationalité, goûte les plats locaux, visite de nombreux endroits. Son attitude envers le pays qu’elle visite est extrêmement favorable, elle peut même affirmer que tout y est mieux que dans son propre pays. Cette phase d’enthousiasme est suivie d’une longue période de déprime et de frustration. La personne recherche alors le contact des gens de son pays d’origine, semble introverti, solitaire, devient commère. Elle commence à avoir des préjugés contre le pays où elle se trouve, et son opinion générale à l’égard de ce dernier et de sa population peut être négative et agressive.

Symptômes présentés généralement par les personnes choquées :

.Mal parlé  du pays

. Colère, crise.

.Ennui, goût de rien.

.Isolement, ou contacts seulement avec les internationaux.

. Refus de s’intégrer à la communauté.

On peut éviter un choc culturel ou en limiter les effets en se préparant  intensément (en se renseignant sur le pays que l’on va visiter, en rencontrant des personnes originaires de ce pays,etc..) et en se familiarisant peu à peu à cette nouvelle culture.

Piste  de  solution  pour  attenuer  les  effets  de  choc  culturel  et  de difference  culturelle :

—Etre réaliste et avoir des attentes positives.

—Essayer de comprendre les choses.

-Faire  l’effort de ne pas s’isoler du restant du groupe.

—Etre un peu ouvert avec les gens du pays d’accueil et les volontaires locaux.

— Se respecter les uns les autres.

— Garder contact avec ses amis et parents.

— Faire le point sur les objectifs au départ fixés.

— Avoir le sens de l’humour.

Le choc culturel ne doit pas se présenter comme la base d’un échec mais une possibilité de curiosité. Aller à la découverte du monde africain.

Compréhension interculturelle la plupart des organisations de volontariat :

 En discutant avec des gens qui viennent de sociétés différentes, on peut acquérir une vision internationale des choses. En travaillant avec eux, on fait les premiers pas vers une coopération internationale. On apprend à comprendre et à apprécier  une personne d’un  autre pays en discutant avec lui et en s’identifiant à lui. Travailler ensemble sur un projet, en tant que groupe international, montre qu’il est possible de trouver des solutions communes, à des problèmes avec des objectifs communs.

LES TEMPS DE LOISIRS ET WEEKENDS :

Des réunions de synthèse et d’échanges peuvent être réalisées en fin de la journée entre les bénévoles et l’animateur durant lesquelles les rapports d’activités journalières sont lus et amendés. La semaine de travail commence le lundi matin pour terminer le vendredi soir en général. Une journée de vie en famille est organisée et ceux qui le désirent seront placés dans des familles où ils passeront toute une journée pour s'imprégner encore plus de la vie dans les familles Africaine. Tour à tour, il est organisé des soirées africaines européennes et autres selon les nationalités sur les chantiers pendant lesquelles les volontaires peuvent préparer des repas de leurs pays, diriger des discussions sur la vie dans leurs pays. Les week-ends sont libres et les volontaires peuvent  s’organiser pour faire une excursion. Ils s’accompagnent généralement de la réalisation de la lessive à la main et de l’accès à internet au cyber pour les bénévoles/volontaires qui le souhaitent. Les excursions sont à la charge personnelles des bénévoles. Le vendredi et le samedi soirs sont souvent l’occasion de moments de détente en se retrouvant dans des bars  dancings autour de bières et autres boissons locales. Des excursions sont également proposées sur des sites naturels ou culturels (monastères, cascades, lacs, Togo ville, Kpalimé...). Le repos peut être un autre choix dans le cas où la semaine a été fortement chargée et fatigante pour certains. Les bénévoles/volontaires peuvent également proposer des week-ends qu’ils aimeraient réaliser. L’association reste ouverte et intéressée à toute proposition à ce niveau. C’est à préciser, car comme il a été remarqué plusieurs fois, les transports sont problématiques. Une fois avoir testé un ou deux voyages d’une centaine de kilomètres, vous allez être vite freinés par l’envie d’aller visiter un village perdu. De plus, en comptant  les prix du transport, de l’entrée sur site, d’un guide, d’une ou deux nuits en Hôtel, des repas au restaurant, l’addition devient vite salée. Sachez aussi que le travail sur le terrain et la vie sur place constituent en soi des découvertes et rencontres diverses et variées, et ce sera bien la partie la plus intéressante de votre séjour au Togo. Les bénévoles doivent déjà en début de chaque week end réfléchir au site à visiter durant le week end et en discuter avec le guide de leur choix. Durant le week end chaque bénévole étranger assure à la fois son déplacement, hébergement, les droits de visite des sites et sa restauration ainsi que celui de son guide choisi.

Attentes  de  MSVD   auprès  des  benevoles  internationaux  avant, au cours  et  apres  leur  sejour :

 Avant  votre arrivée :

Nos attentes  avant votre arrivée :

- peuvent  négocier des dons auprès des entreprises, mairie de son pays … pour  faciliter la bonne marche de nos activités.

Ils peuvent  nous ramener : 

- Fournitures scolaires (stylos, romans, livres de conte/de récitation...).

- Préservatifs (pour des campagnes de sensibilisation SIDA).

- Article de sport (ballon....).

- Anciens téléphones portables.

- Anciens PC portables si possible.

- Matériels informatiques (unités centrales, cartes mères, disques durs, lecteurs de

CD-ROM, cartes mémoires, imprimantes...).

- Caméra, appareil photo numérique, clés USB.

NB : Ce  n’est pas du tout exigé.

 Au  cours du séjour Nous aimerions que:

- Les volontaires aient pour  priorité le projet.

- Les volontaires peuvent  parrainer un enfant durant leur séjour.

-Ils  peuvent aussi financer une partie du projet pour son aboutissement.

 Après le séjour :

Après le séjour du volontaire ou des volontaires nous souhaiterions :

- Le volontaire peut  nous trouver une association partenaire.

- Il peut faire la promotion de notre association par les affiches, prospectus ou sur le net.

- Il peut nous  aider dans la politique de recrutement de  volontaires nouveaux.

- Il peut en témoigner, en fournissant et en donnant des informations utiles aux futures  volontaires.

- Il peut ou peuvent  créer  des blogs ou un  site  avec des photos sur sa  mission  pour

servir de témoignage.

- Nous trouver si possible  des financements pour nos projets auprès des organisations qui œuvrent dans le volontariat  international ou parfois auprès des particuliers  au service de la cause humanitaire.

-Il peut organiser  une exposition de photos des  activités  associatives.

31) CONCLUSION

Vous pouvez avoir confiance à notre équipe  pour le fait que notre préoccupation est la réussite des projets et que les volontaires  sans exception  se sentent bien comme  chez eux. La fin de chaque chantier se solde par une kermesse et une remise solennelle d’attestation de participation aux volontaires nationaux et  internationaux. Un bilan général où chacun présentera ses impressions sur la manière dont se sont déroulées les activités est  fait. Vos reproches et propositions sont toujours les bienvenues.